Grimm Legacy T3 : Le Cauchemar Edgar Poe de Polly Shulman


Editions : France loirs, 2016, 353 pages
Résumé : Côtoyez l'épouvante... si vous l'osez ! Sukie n'a pas la vie facile : depuis le décès de sa soeur, dont le fantôme la suit partout, ses parents ont perdu leur emploi. Tous trois ont dû s'installer dans l'inquiétant manoir de la tante Hepzibah et, pour gagner quelques sous, ils vendent des babioles sur les brocantes. Un jour, deux jeunes gens les approchent, très intéressés par un balai tout à fait banal. Elizabeth et Andreas travaillent en fait pour le Dépôt d'Objets Empruntables de la Ville de New York, une extraordinaire bibliothèque n'accueillant que des objets qui ont marqué l'histoire ou la littérature. Or, ce balai n'est pas si ordinaire : il s'agit d'un balai volant issu d'un conte horrifique dont le décor est... le manoir où vit Sukie.


Lecture commune réalisée avec ma chère partenaire de LC, Psylook, dont vous trouverez la chronique sur son blog, le Manège de Psylook !!

Mon avis


Troisième et dernier tome de la saga Grimm Legacy, Le Cauchemar Edgar Poe s'enfonce dans un monde de fantasy et d'horreur, où les fantômes et les courants d'air règnent en toute tranquillité. Une lecture parfaite pour Halloween. Comme le reste de la saga, je l'ai lu en LC avec ma partenaire Psylook dont vous pouvez retrouver l'avis ici. 

Pour rappel, l'idée principale de la saga est l'existence d'un Dépôt d'Objets Empruntables tout droit sortis d'oeuvres littéraires connues. Chaque grande ville du monde possède son propre Dépôt. Le Dépôt principal de cette saga est celui de New York. Dans le premier tome, nous explorions la collection Grimm. L'histoire était donc plus tournée vers le fantastique. Pour le second livre, la collection principale était celle de H. G. Wells. Ainsi la thème était le voyage dans le temps. Nous étions plus sur une ambiance steampunk. Pour cette troisième lecture, la collection mise en avant est celle d'Edgar Poe et des auteurs tournés vers l'horreur. 

J'ai adoré ce troisième tome ! C'est de loin mon préféré ! Et j'en suis d'autant plus ravie que j'avais détesté le T2. Ici, tout est parfait. L'intrigue : la jeune Sukie emménage dans la maison familiale, tenue par sa grande tante Hepzibah Thorne. Sa famille a de sérieux problèmes d'argent, et en plus de cela, Sukie a récemment perdu sa soeur, Kitty, victime de la malédiction familiale qui veut que pour chaque nouvelle génération, un frère ou une soeur meurt prématurément. Pour autant, Sukie continue de voir Kitty, qui la suit partout sous forme de fantôme. Elle ne peut pas vraiment en parler à ses parents, mais lorsqu'elle arrive au manoir Thorne, elle sent rapidement qu'elle peut se confier à sa tante. Et effectivement, cette dernière est bien au courant des histoires de fantômes, et pour cause, elle en a quelques unes à raconter. Lorsque Sukie va rencontrer le fantôme de son ancêtre Windy, lui demandant de retrouver son trésor, elle y voit une opportunité de régler les problèmes d'argent de sa famille et va se lancer corps et âme dans la recherche du coffre de arrière x fois grande tante. L'intrigue est géniale et rondement menée. On est surpris, il y a de nombreux rebondissements, et tout est absolument cohérent ! J'ai adoré la fin de l'histoire également. On sent la maturité gagnée par l'auteure. 

Les personnages sont géniaux eux aussi. C'était bien là le problème principal du T2, pour lequel j'ai détesté Léo et Jaya. Ici, les héros sont Sukie et Cole, un jeune homme très sympathique rigolo, et Andréas et Elizabeth, personnages déjà rencontrés dans les premiers tomes. Sukie est adorable. Elle est responsable, mature pour son âge et très réfléchie. Elle ne pique pas de crise comme le faisait Jaya. Elle est prévenante et on peut suivre son évolution du début à la fin du livre. Parfait. Et j'ai été plus que ravie de revoir Elizabeth, l'héroïne du tome 1. Et elle ne fait pas qu'une apparition, elle est littéralement présente sur la quasi totalité de l'histoire. Elle est bien évidemment plus âgée. Dans le T1 elle avait 16 ans, ici elle doit en avoir entre 25 et 30. Elle est directrice adjointe du Dépôt et visiblement mariée, même si on ne saura pas à qui... Aaron ?? On ne sait pas. Andréas quant à lui est sympathique quoi qu'un peu fade je dois dire. Mais ce n'est pas plus mal, le livre se concentre ainsi sur Sukie et Cole ce qui est très bien !

En conclusion

Cette saga nous en aura fait voir de toutes les couleurs à Psylook et moi. Le premier tome était chouette, mais nous avons été déçues par la fin. Le deuxième était en dessous à tout point de vue. Ce qui est vraiment dommage car le thème des voyages dans le temps est tellement intéressant ! Heureusement, le troisième vaut le détour. Il est excellent du début à la fin. De plus, on a enfin l'explication aux questions qu'on se pose depuis le début : "D'où viennent ces objets ? A-t-on écrit sur eux, ou sont-ils directement sortis de l'histoire ?".
Je vous conseille cette saga, car le concept de Dépôt d'objets extraordinaires est génial ! 

Nuits d'Alsace par un collectif d'auteurs


Editions : Luciférines, 2018, 120 pages, 8€50
Résumé : Cigognes, tenues traditionnelles, bretzels et vins blancs, on ne saurait penser à la culture alsacienne sans l'un de ces symboles. Tout à l'Est, à la fois française et d'héritage germanique, la plaine du Rhin éveille l'imaginaire. En quatre nouvelles fantastiques, des auteurs passionnées ont exploré le passé historique d'une région à la frontière de plusieurs mondes et époques. Souvenirs de la Seconde Guerre Mondiale, d'un Moyen-Âge superstitieux qui vit la publication du Malleus Malleficarum à Strasbourg, et de la Renaissance nordique se croisent sur une terre riche en mystères qui n'attend que votre visite.


Mon avis

Je ne suis pas du genre à lire des recueils de nouvelles même si ça m'est déjà arrivé. Mais celui-ci est particulier, puisque ma partenaire de LC, Psylook, y a participé en y écrivant le premier texte : Un copieux Vendredi Saint. De plus, il s'agit d'un recueil sur ma précieuse région alsacienne. J'ai adoré retrouver toutes les particularités de l'Alsace dans ces nouvelles : la gastronomie, les lieux, les paysages... et surtout les légendes !! 

Un copieux Vendredi Saint de Morgane Scheinmeer : un groupe d'amis part camper dans la forêt de Westhoffen. Mais leur nuit va rapidement se transformer en nuit d'horreur.  Des bruits inquiétants, des amis qui disparaissent, des blessures incompréhensibles... de quoi faire de véritables cauchemars. Est-ce que les adolescents s'en sortiront ? C'est toute la question que l'on se pose du début à la fin de l'histoire... C'est la nouvelle qui m'a le plus faite frissonner d'horreur. Elle m'a vraiment retourné l'estomac !! Nous sentons la tension, l'angoisse et la panique des jeunes gens. J'ai eu l'impression de me retrouver dans mon lit, il y a quelques années, quand je lisais Shining de Stephen King. J'étais terrorisée. Dommage qu'il ne s'agisse que d'une nouvelle. J'aurais aimé en avoir tellement plus !!

Le Tour du Diable de Brice Chee : cette nouvelle a pour sujet la Tour du Diable qui se trouve à Mulhouse, réputée pour avoir été le théâtre de nombreuses exécutions et tortures de sorcières. Tout le texte est basé sur un entretien entre le Gauleiter Robert Wagner et l'Unterstürmfürher Alena Wehrle, les deux personnages cherchant à comprendre comment  et pourquoi l'ex petit-ami de cette dernière a été sauvagement assassiné. L'auteur retranscrit parfaitement la tension entre les deux protagonistes. Et au fur et à mesure que l'entretien avance, l'horreur de leurs découvertes est révélée. On s'enfonce de plus en plus dans l'abominable ce qui met le lecteur et la lectrice en haleine. On ne peut plus lâcher le livre. Là encore la fin est excellente mais m'a frustrée car j'aurais aimé en avoir plus encore !

Début de roman de Odile Avril : une jeune femme s'endort un jour sur un banc dans un parc montréalais. À son réveil, elle trouve un livre ne lui appartenant pas, posé sur ses affaires. Le livre parle d'une jeune femme séquestrée dans un château, ayant réussi à s'échapper. Mais les chapitres restant ne concernent que l'histoire s'étant passée après sa libération. Les passages sur son kidnapping et sa séquestration manquent à l'appel.  Après sa première lecture, la jeune femme décide de mener l'enquête afin de mieux comprendre l'histoire et de, pourquoi pas, réécrire les chapitres manquants. Son enquête va la mener jusque dans les forêts près de la ville de Haguenau. Je dois avouer que je n'ai pas été autant transportée par cette histoire que par les deux autres. Je n'ai pas eu ce sentiment d'horreur que je recherchais. Le rapport entre la narratrice, son frère et la comptine dont le livre semble être tiré, je n'ai pas réussi à le faire... pourtant l'idée d'un lien entre toutes les disparitions des jeunes filles et cette comptine était très intéressante...

Les Démons d'Issenheim de François Fierobe : deux amis d'enfance se retrouvent autour du retable d'Issenheim pour discuter des recherches effectuées par Bastien (l'un des deux amis). Ce dernier tient un discours complètement décousu, son ami se rend rapidement compte que quelque chose ne va pas du tout. Toute la nouvelle est basée sur la conversation des deux hommes autour du retable. Bastien ne cesse de monologuer. Il est confus, on s'en rend vite compte et c'est très bien retranscrit. Cependant, j'ai eu énormément de mal à suivre leur conversation. Les monologues de Bastien sont longs, bourrés d'un vocabulaire très spécifique que j'avoue ne pas maitriser, ce qui m'a en grande partie gâcher la lecture. D'un autre côté, c'est très bien écrit et je pense que d'autres lecteurs et lectrices y trouveront leur compte. D'autant que l'horreur tant recherchée est là. Nous sentons les ténèbres émerger au fur et à mesure que Bastien sombre dans la folie. Plus il parle, plus il s'enfonce. Son ami le voit bien, et ne peut malheureusement rien y faire... cela m'a clairement faite frissonner comme je le voulais.

En conclusion

J'ai beaucoup aimé cette anthologie que j'ai lu en pleine semaine d'Halloween : parfait pour frissonner ! J'en voudrais encore d'ailleurs. Les éditions Luciférines ont par ailleurs publié une autre anthologie sur le même thème : Nuits de Lorraine, elle aussi écrite par un collectif d'auteurs. Nuits de Bretagne est sur les rails, et ne devrait pas tarder à sortir. J'ai hâte de les lire toutes les deux ! Je vous les conseille sans hésitation.

Les Haut Conteurs T3 : Coeur de Lune d'Oliver Peru et Patrick McSpare


Editions : France loisirs, 370 pages, Mars 2013
Résumé : Ravengen est une terre maudite. Le seigneur Othon le Loup y a sauvagement tué sa femme, la douce Beatrix. Quarante années plus tard, l'on murmure que le spectre de la Dame de Lune hante ces bois sombres, accompagnée de l'âme perdue de son bourreau. Les Haut-Conteurs, Roland Coeur de Lion et Mathilde la Patiente, vont tenter de percer les mystères de ce sinistre pays. Qui est cette Bête Dévoreuse, hurlant à la Lune et coupable de tant d'atrocité ? Amours secrètes, vengeances assassines, monstres démoniaques... les événements pourraient bien s'avérer fatals à nos héros... À Coeur de Lune, Coeur de Lion !

Mon avis

Troisième tome de la saga des Haut-Conteurs, cette caste de troubadours guerriers, qui arpentent les chemins d'une Europe médiévale fantastique. Nous retrouvons Roland Coeur de Lion et Mathilde la Patiente après leur bataille contre le roi Vampire à Paris. À la recherche de Rupert l'Archiviste, cape pourpre traitre parmi les siens, les indices les mènent en Allemagne, dans la ville de Ravengen, où la malédiction de la lune ravage la campagne et les forêts. Ils y rencontreront leur frère d'armes allemand Geoffroy Bouche Goulue, un ogre qui se bat au gourdin et qui mérite très bien son nom. 

Après les vampires, les Haut-Conteurs font face aux loups-garous, bêtes assoiffées de sang aussi hideuses qu'incontrôlables. Déviés de leur quête initiale, ils choisiront d'enquêter sur la Bête, les meurtres et les disparitions dont sont victimes les villageois. J'ai trouvé cela très intéressant, étant très friande d'histoires de loups-garous. Il s'agit donc plus d'une enquête policière sur fond fantastique. Nous nous demandons qui tire les ficelles, qui se transforme, et pourquoi ? Par quelle magie ? Où se trouvent leurs repères ? Etc. Ma seule déception étant de ne pas avoir avancé dans la quête des pages du Livre des Peurs. J'aurais aimé en découvrir de nouvelles, mais ce sera visiblement au programme des tomes suivants. Ce troisième livre est à mon sens un tome transitoire. La quête principale est mise de côté, nous ne verrons même pas Rupert l'Archiviste. 

Ensuite, nous avons le plaisir de rencontrer deux nouveaux Haut-Conteurs : Geoffroy Bouche Goulue dont je parlais déjà précédemment, et Bertrand le Hardi. Malheureusement pour ce dernier, nous ne le verrons qu'à peine, ce qui est vraiment dommage pour nous puisqu'il s'agissait d'un compatriote français. Nous découvrons également Elena, love interest de Roland qui a bien du mal à exprimer ses sentiments. La belle italienne n'est encore qu'une apprentie, elle n'interviendra que rarement. Finalement, j'ai trouvé cela dommage qu'elle ne soit pas mise en avant plus que cela. On ne connait pas vraiment son histoire, ses ambitions, ses pensées etc. J'aurais aimé en apprendre plus sur elle, et sur la Patiente également d'ailleurs. Cette dernière est incroyable, une guerrière puissante, intelligente et perspicace. Mais on ne sait quasiment rien d'elle, ce qui est extrêmement frustrant car je l'apprécie énormément. Je sais que le Tome Origine se base sur son histoire, et la façon dont elle est devenue Haut-Conteuse, mais tout de même, je pense qu'il aurait été intéressant d'avoir quelques bribes de son histoire dans ce troisième livre. 

C'est d'ailleurs toute cette dimension propre aux Haut-Conteurs qui m'a manquée ici. Tout le tome tourne autour de l'enquête sur la Bête. Le Livre des Peurs, l'entrainement de Roland, la maitrise de la voix, les pouvoirs de celle-ci, l'histoire des Haut-Conteurs... tout cela a été mis de côté au profit de l'histoire des Ravengen. On sent quand même le manque. 

En conclusion :

Un tome qui fait la transition entre les deux premiers et les suivants. Le Livre des Peurs est relégué au placard, et toute l'histoire se focalise sur la Bête de Ravengen. Un petit clin d'oeil est à noter, les auteurs ont fait le lien entre leurs loups-garous et le mythe de la bête du Gevaudan et ça c'est excellent ! Pour terminer, la fin de ce tome 3 aura toutefois le mérite de nous tenir en haleine. Elle annonce clairement que la suite sera d'une toute autre envergue. J'ai hâte !

Les Haut Conteurs :
3/ Coeur de Lune
4/ Treize damnés
5/ La Mort noire

La Faucheuse T2 : Thunderhead de Neal Shusterman


Editions : Editions de Noyelle, Collection R, 15 mars 2018, 571 pages.
Résumé : "Les humains n'apprennent jamais de leurs erreurs. Moi pas. Je ne commets jamais d'erreur." Le Thuderhead, l'intelligence artificielle qui gouverne le monde, a interdiction de se mêler des affaires de la Communauté des Faucheurs. Il ne peut qu'observer... et il n'aime pas ce qu'il voit.

Mon avis

Mais quel tome ! Quel tome ! J'avais adoré le premier, mais celui-ci dépasse largement mes espérances !! Pour rappel, l'univers de Shusterman se déroule des centaines d'années après notre ère. Dans cette société, le monde est dirigé par une intelligence artificielle, le Thunderhead, qui procure tout ce qu'il faut à la race humaine pour qu'elle puisse vivre en harmonie et prospérer. La pauvreté, la maladie et même la mort ont été éradiquées. Mais pour réguler la population, la Communauté a été créée. Elle regroupe les faucheurs, êtres humains chargés de glaner, hommes et femmes, vieillards et enfants, sans parti pris. Ces personnes-là ne seront pas ressuscitées comme les autres, ceci permettant d'agir sur la surpopulation. Ainsi, les faucheurs sont respectés et surtout craints par la société. Le Thunderhead n'a absolument pas le droit d'intervenir sur ce qu'ils font. C'est la seule caste qui fait littéralement ce qu'elle veut. L'intelligence artificielle qui régit le monde a beau savoir ce qu'elle fait, elle ne peut intervenir. En tout cas, pas directement !  

Dans ce deuxième roman, nous retrouvons Citra et Rowan qui ont achevé leur apprentissage de faucheur. Citra est devenue Dame Anastasia, respectée et crainte par la Communauté elle-même. Rowan quant à lui, est devenu Maitre Lucifer, faucheur renégat recherché par la Communauté pour les meurtres de collègues corrompus. Le début est peut être un peu long, nous découvrons ce que sont devenus les différents personnages un peu moins d'un an après la fin des événements du tome 1. On prend le temps de découvrir Greyson Tolliver, nouveau personnage qui a une importance toute particulière pour l'histoire de ce tome 2. Tolliver n'est pas un faucheur mais un agent du Thunderhead. C'est un jeune homme qui va se retrouver bien malgré lui au milieu des histoires de la Communauté. Il est timide et a peu d'assurance, mais il va gagner en force au fur et à mesure de l'histoire. Personnage clé de ce deuxième tome, il est le lien entre l'intelligence artificielle et nos héros. D'autres personnages réapparaîtront tel que Tyger, le meilleur ami de Rowan et dont le rôle sera très important. Des fantômes du passé feront leur come back également. Fantômes très inattendus je dois l'avouer. Et c'est tellement bien amené.... 

A côté de cela, l'histoire va prendre une toute autre tournure, très inattendue. Il faut comprendre que la Communauté est divisée en deux : la Vieille Garde qui souhaite préserver les traditions et respecter les codes moraux instaurés par les fondateurs, et le Nouvel Ordre qui estime pouvoir (et devoir) prendre du plaisir à glaner la population sans se soucier des quotas à ne pas dépasser. Les jeux de pouvoirs sont mis en place, au détriment de certains. Citra et Dame Curie sont menacées de mort, Rowan est au coeur d'un scandale politique surréaliste et Maitre Faraday se lance dans une quête insensée pour tenter de découvrir les origines de la Communauté. C'est fantastique car l'intrigue est parfaitement montée. Nous sommes surpris sans arrêt. Beaucoup de choses m'ont étonnée, je suis restée estomaquée devant certains passages que je n'ai franchement pas vu venir. 

Et la fin, mais quelle fin !! L'auteur n'a clairement pas froid aux yeux. Je n'aurais jamais pu envisager ce qui allait se passer. C'est le genre de fin que j'adore, qui remet tout en question, qui promet un changement considérable pour la suite. Un cliffhanger surprenant. 

En conclusion

J'ai adoré ce deuxième tome, du début à la fin. L'univers de Shusterman est tout à la fois, une histoire divertissante, un contexte géo-politique cohérent et plausible, une réflexion sociale surprenante... Heureusement, le tome 3 est pour bientôt !! J'ai tellement hâte !! 

La Faucheuse
T2 - Thunderhead
T3 - Le Glas

Grimm Legacy T2 : L'Expédition H. G. Wells de Polly Shulman



Editions : France loisirs, 2015, 386 pages.Résumé : Alors qu'il travaille dans sa chambre, Léo voit surgir un minuscule engin, piloté par une jeune fille dont il tombe aussitôt sous le charme... et, à la place du passager, une version de lui-même en miniature ! Avant de disparaitre, son mini-lui lui apprend qu'il vient du futur et lui conseille de lire La Machine à explorer le temps de H. G. Wells. Dès lors, Léo n'a qu'une obsession : comprendre ! Ses pas le mènent bientôt vers le Dépôt d'Objets Empruntables de la ville de New York, extraordinaire bibliothèque n'accueillant que des objets qui ont un jour marqué l'histoire ou la littérature. Et si ses rayonnages cachaient une authentique machine à explorer le temps ?


Lecture commune réalisée avec Psylook dont vous retrouverez la chronique ici. Comme pour le T1, nous avons pris notre temps (ce qui était vraiment agréable !!) et nous avons commenté les chapitres lus au fur et à mesure. J'adore cette façon de faire des LC, c'est super intéressant de pouvoir débattre après chaque passage lu !

Mon avis

Premièrement je n'ai absolument rien lu de Wells. Je connais quelques titres mais sans plus. Cependant, l'univers fictif des auteurs fin XIXème et début XXème a toujours suscité mon intérêt. J'avais vraiment hâte de lire ce second tome. 

L'univers de Polly Shulman est extrêmement intéressant. Cette idée d'une bibliothèque spéciale objets extraordinaires dans chaque grande ville du monde, explorant ainsi la littérature fantastique, est excellente. Dans le T1, nous explorions la collectioon spéciale Grimm. Nous plongions dans un univers fantastique assez sombre que j'adore. Ici nous sommes plutôt dans de la science fiction, puisque la collection spéciale étudiée est celle de Wells. Malheureusement un bon background ne suffit pas, et je dois avouer ne pas avoir apprécié ce second tome. 

Premièrement : les personnages. Léo est un jeune prodige de la science. Cependant, il est insipide, se laisse malmené par tout le monde (sa soeur, Jaya, etc), s'angoisse et se stresse pour pas grand chose, et pour finir, tombe amoureux d'une peste complètement immature autour de laquelle tout son monde va tourner. La peste en question, c'est Jaya, la petite soeur d'Anjali, l'une des héroïnes du T1. Jaya est impatiente, puérile, et n'écoute rien ni personne. Malgré ce comportement détestable, tous les autres personnages semblent l'adorer et pire que ça, l'aduler. C'est à ni rien comprendre. Sans parler de Simon, l'antagoniste de l'histoire, un psychopathe franchement ridicule. 

Quant à l'intrigue : elle est incohérente. On ne comprend pas vraiment les motivations des personnages. Certaines réactions sont exagérées, d'autres complètement diminuées. Les voyages dans le temps sont mal exploités : Jaya fait un voyage juste parce qu'elle sait qu'elle va le faire. Et ne ressortira de ce saut dans le temps, absolument rien... quel intérêt ? Quel intérêt en littérature de prendre du temps à créer et décrire quelqu'événement qui ne sert absolument pas à l'histoire ? Ensuite, certains passages restent inexpliqués. Et ce sont des personnages qui n'auront rien avoir avec qui feront des suppositions pour convaincre le lecteur.... mais au final, un certain nombre d'éléments restera inexpliqué et incohérent à la fin de l'histoire. C'est maladroit.

Après, j'ai tout de même apprécié certains éléments de l'histoire, et notamment les voyages entrepris par les personnages (ceux qui avaient un véritable objectif). Le premier est celui qui leur a permis de retrouver la machine à voyager dans le temps. C'était d'ailleurs plutôt ingénieux, puisqu'ils ont basé leurs recherches sur le roman de Wells La Machine à explorer le temps ! Pour le second, Léo et Jaya entreprennent un voyage près de cent ans dans le passé. Redécouvrir une ville bien connue un siècle plus tôt, c'est toujours intéressant. De plus, l'auteure semble avoir fait de nombreuses recherches pour rendre son récit cohérent et au plus proche de la réalité. Manque plus que les photos ^^.

En conclusion

Je pense que Polly Shulman aurait vraiment eu de quoi faire un excellent roman. L'idée du Dépôt est vraiment intéressante mais son intrigue et ses personnages ne collent pas. C'est trop immature à mon goût. Je pense que ça plairait aux plus jeunes, à ceux qui découvrent les histoires de voyages dans le temps. Mais pour les aficionados du genre, c'est un peu trop fébrile. 


The Grimm Legacy
T2 - L'Expédition H. G. Wells
T3 - Le Cauchemar Edgar Poe

Circé de Madeline Miller


Editions : Pocket, 8,50€, 2018, 578 pages.  
Résumé : Fruit des amours d'un dieu et d'une mortelle, Circé la nymphe grandit parmi les divinités de l'Olympe. Mais son caractère étonne. Détonne. On la dit sorcière, parce qu'elle aime changer les choses. Plus humaine que céleste, parce qu'elle est sensible. En l'exilant sur une île déserte, comme le fut jadis Prométhée pour avoir trop aimé les hommes, ses pairs ne lui ont-ils pas plutôt rendu service ? Là, l'immortelle peut choisir qui est elle. Demi-déesse, certes mais femme avant tout. Puissante, libre, amoureuse...

Je continue mon incursion dans l'Antiquité. Après les volcans et les cités perdues, je poursuis ma balade en compagnie des Dieux et des nymphes. J'ai toujours adoré les histoires de héros grecques.  Qui plus est lorsqu'il s'agit d'une femme. Circé est LE personnage que j'attendais : une femme forte, sorcière aux pouvoirs incroyables, mère aimante et amante passionnée, elle n'est pas venue au monde comme cela, bien au contraire ! Tout a été à faire. De petite fille perdue, elle est devenue la grande magicienne que l'on connait aujourd'hui. Et pour cela, il lui aura fallu des millénaires. Son évolution est parfaitement retranscrite par l'auteure. 

Ce roman retrace tous les moments importants de l'histoire de Circé : son enfance dans le palais de son père Hélios, la naissance de ses frères et soeur, son exil, sa rencontre avec le Minotaure, Dédale, Ulysse, Trygon etc. Tout est romancé certes, mais terriblement bien adapté. Circé est imparfaite, elle ne comprend pas le monde des Dieux, ne se sent bien qu'en présence des mortels. Elle est crédule et naïve. Mais si forte...

Tout le roman est écrit de son point de vue. De ce fait, il y a quelques longueurs, mais c'est normal. Circé a eu une très longue vie (elle est immortelle). Elle a passé de nombreuses années seule sur son île, à parfaire sa magie et à accumuler d'innombrables connaissances. Certains passages se concentrent sur ces moments-là et de ce fait, il n'y a pas vraiment d'actions. D'un autre côté, ils retranscrivent bien sa solitude, et aident le lecteur et la lectrice à comprendre le personnage et ce qu'elle a vécu.

Circé a beau être exilée, les péripéties qu'elle a vécu sont nombreuses, ainsi que les personnes qu'elle a rencontrées. Il a été très drôle pour moi de retrouver toutes ces figures de l'Antiquité que je connaissais déjà, et de les voir évoluer vers ce que je savais qu'il allait se passer.

En conclusion

Ce merveilleux roman m'a conquise, du début à la fin. Je mentionnerai cependant une petite erreur, de la part de la personne responsable du résumé en 4ème couverture : Circé est né des amours d'un Dieu et d'une Nymphe, sa mère est aussi immortelle que son père. Et Circé n'a pas vécu aux côtés des Olympiens, mais aux côtés des Titans, qui sont une autre branche divine. Petite précision qui a son importance mine de rien. 

Madeline Miller a écrit plus d'un roman mythologique. Je lirai Le Chant d'Achille qui est son précédent roman avec plaisir. C'est un personnage que l'on mentionne à plusieurs reprises dans Circé, et je suis curieuse de voir ce qu'il est devenu entre les mains de cette merveilleuse auteure.

Les Outrepasseurs T3 : Le Libérateur de Cindy Van Wilder


Editions : Gulf Stream Editeur, 2015, 354 pages, 18€Résumé : Un terrible hiver s'abat sur la Grande-Bretagne. Peter, qui a été sauvé par Arnaut, se retrouve seul, car le Chasseur et le lion d'Arnaut, sont affectés par la disparition de la magie. Arnaut tombe dans un coma profond, auquel il semble n'y avoir aucune solution. Jusqu'à ce que Peter comprenne que le sous-sol de Lion House regorge de ressources cachés...

Troisième et ce qui aurait dû être dernier tome de la saga, Le Libérateur met un point final aux aventures des Outrepasseurs. Nous retrouvons Peter et Arnaut dans une situation bien compliquée : Peter est laissé pour mort par Noble et ses compagnons, mais grâce à Arnaut, le jeune homme survit. Mais les voilà obligés de se cacher, poursuivis par la maison du chat, tout comme Shirley et Hermeline, en fuite elles-aussi. En même temps, Snezhkaïa, la terrible reine des neiges, a lancé un sort afin de faire définitivement disparaitre la magie de la surface de la Terre, emportant avec elle les Outrepasseurs et la reine elle-même, dans un ultime sacrifice.

J'ai beaucoup aimé cette saga. Bien écrite et bien construite, elle rend vraiment hommage aux contes de fée. C'est même plus que ça, on a vraiment l'impression de faire partie d'un conte de fée. Cindy Van Wilder m'a littéralement transportée dans son monde, du début à la fin. Elle a su créer une atmosphère similaire à celle que l'on retrouve dans les contes des frères Grimm. Elle apporte sa propre vision des contes les plus connus tels que Blanche Neige ou la Reine des Neiges. C'est une mode littéraire qui me plait énormément. J'avais déjà adoré la trilogie des Contes du Royaume de Sarah Pinborough. J'ai évidemment regardé la série Grimm jusqu'à la fin, et lis actuellement en LC la saga Grimm Legacy de Polly Shulman, avec Le Manège de Psylook. Je suis une vraie adepte des réécritures de contes. J'adore ça. Et cette saga est une parfaite réécriture.

Pour en revenir à ce T3, je le trouve plus sombre encore que le précédent. L'histoire se déroule sur plusieurs plans : Hermeline et Hersent qui sont à la poursuite de Snezhkaïa, Noble qui ne pense qu'à retrouver son pouvoir, Arnaut et Peter qui cherchent à annuler la malédiction du Chasseur... une course contre la montre s'installe et nous prend avec. On sent l'urgence qui presse chaque personnage. On s'angoisse pour eux, on prie pour que tout se passe bien.... j'en ressors hors d'haleine mais contente de cette fin !!

Concernant les relations entre les personnages, je n'ai pas été très touchée par celle de Peter/Shirley que j'ai trouvé forcée. J'aurais préféré le voir casser les codes complètement, jusqu'au bout, et construire une relation amoureuse avec quelqu'un de totalement différent, plutôt qu'avec celle qu'on lui avait pré-destinée. Par contre, d'autres relations m'ont particulièrement plu : l'amitié qui se crée au fil des pages entre Hermeline et Hersent prouve que Cindy Van Wilder sait très bien manier sa plume et faire évoluer les relations entre ses personnages. J'aurais toutefois adoré voir plus de Peter/Arnaut car j'avoue shiper ce couple à 100% !!

En conclusion

Pour tous les ferrus de contes comme moi, je conseille vraiment la saga Les Outrepasseurs ! J'ai hâte de lire le dernier tome, qui promet d'être bien différent, puisqu'il se concentrera sur le peuple des Ferreux et non plus sur les Outrepasseurs. Un passement de flambeau, qui promet d'être très très intéressant !

Les Outrepasseurs
T2 : La Reine des neiges
T3 : Le Libérateur
T4 : Férénusia

Une Saison chez les sorcières T2 : Hiver d'Anaïs Goldemberg


Edition : Le Lumignon, 2015, 82 pages, 18€.Résumé : Dans l'immense forêt, il n'y a plus un bruit : tous les animaux se sont assoupis brusquement à l'approche de l'hiver. Un froid glacial s'abat sur les bois, et les sorcières s'inquiètent pour leurs amis qui dorment dehors. Comment les protéger ? Grogragrou, le monstre doux, est quant à lui atteint par un bien étrange rhume... Décidément, cette nouvelle saison ne sera pas de tout repos pour les sorcières !

Ah les sorcières d'Anaïs Goldemberg, et leur petite maison cachée au fond des bois... c'est vraiment un univers que j'adore ! Tout ce que j'aime en vérité. Les sorcières, la magie, la forêt, le changement de saison, les couleurs vives et les illustrations... tout ce que j'ai envie de lire, sous le plaid, avec une bonne tisane chaude au coin du feu... Oui il ne m'en faut pas plus !

Dans ce deuxième tome, nos charmantes sorcières sont confrontées à l'arrivée de l'hiver. Grogragrou tombe malade et tous les animaux de la forêt s'endorment inexplicablement. Telle une ruche en ébullition, elles vont s'organiser pour aider tout le monde. Certaines vont poser des charmes dans la forêt pour éloigner le mal, pendant que d'autres resteront dans la maisonnée à s'occuper de ceux dans le besoin. L'intrigue est vraiment surprenante. Je pensais en débutant cette saga que chaque tome aurait sa propre histoire. Mais finalement, il s'agit bien d'une intrigue qui s'étend sur toute la saga : celle d'un mal qui ronge doucement mais sûrement la forêt de nos sorcières. Et c'est absolument parfait ! Il y a une continuité entre les différents tomes, et c'est ce que nous laissait déjà entendre la fin du premier livre. 

Ce que j'apprécie beaucoup également, c'est que chaque tome dépeint une saison dans son ensemble. Il en décrit les inconvénients (dans ce cas, le froid, l'isolement, la nature endormie) mais aussi les avantages (les repas ensemble au coin du feu, la solidarité face à la dureté de l'hiver...). Cette saison m'a toujours particulièrement touchée. Je l'adore, j'adore le froid, la nuit qui tombe tôt, la neige, la chaleur du foyer, les repas d'hiver... Et ce livre, me donne envie de le lire et de le relire chaque soir au coin du feu. 

Les personnages quant à eux ne sont pas en reste. Il y a plus d'une vingtaine de sorcières dans la maisonnée, et l'auteure aurait pu en choisir une ou deux, et les mettre plus en avant que les autres. Mais ce n'est pas le parti qu'elle a choisi et c'est tant mieux. Chaque sorcière est autant mise en avant que les autres. Il n'y a pas de préférence. C'est typiquement ce que j'adore lorsque l'histoire porte sur un groupe de personnes. Aucune ne prend le pas sur les autres. Et pour aider les lecteurs à s'y retrouver, l'auteure qui est aussi illustratrice, a laissé une petite carte dans son livre, où toutes les sorcières sont dessinées, avec le nom écrit juste à côté d'elles. C'est très appréciable, et l'illustration est vraiment très belle. 

En conclusion

J'ai hâte d'acquérir le tome 3, sur la saison du printemps. Je veux savoir ce qui va leur arriver, car elles m'ont totalement conquise ! Si vous êtes à la recherche d'une saga de ce type, aux élans de sorcellerie et au style cocooning, c'est celle-là qu'il vous faut ! 


Une saison chez les sorcières
T2 - Hiver
T3 - Printemps
T4 - ??? (Je me doute que ce sera probablement Été mais comme il n'est pas encore sorti, je préfère ne rien mettre !)

Le Secret de Lomé T2 - L'Odyssée de Lomé d'Alexiane De Lys



Edition : Michel Lafon, 363 pages, 28/03/2019, 15,95€
Résumé : Lorsque Lomé est arrivée dans l'univers inhospitalier de Bâl'Shanta, le prince Iollan l'a prise sous son aile et aidée à retrouver son monde à elle. Mais leur mission a échoué, et Lomé doit désormais tenter de survivre sans la présence rassurante de celui qu'elle aime à son côté. Quand Iollan réapparaît des semaines plus tard, il doit se cacher : son père menace de le faire exécuter à tout moment. Sa décision est prise : il va accompagner Lomé sur Terre... mais quel est le prix à payer pour quitter Bâl'Shanta ? 

Aves les oeuvres d'Alexiane De Lys, c'est un peu une histoire d'amour du type : Je t'aime, moi non plus. Première chose : elle a de très bonnes idées. Ses histoires sont toujours surprenantes, bien pensées et bien construites. Ici : mondes parallèles et esclavagisme dans un monde médiéval. Avec tout cela, le premier tome m'avait réellement séduite. Les questions de moralité autour de l'esclavage étaient très intéressantes. Malheureusement, on ne les retrouve plus du tout dans ce T2. Et cela m'a énormément manqué, car je n'ai rien trouvé d'aussi fort à quoi j'aurais pu me raccrocher. 

On retrouve Lomé, Iollan et son groupe de soldats, partis en direction de Sombreter, afin d'y trouver les dragons ainsi qu'un moyen pour la jeune femme de rentrer chez elle, où elle sera en sécurité. Ce deuxième roman se passe donc sur les routes et les mers de Bâl'Shanta. Le voyage sera ponctué de nombreuses rencontres et péripéties, comme on peut s'y attendre lors d'une odyssée. Le souci ? Exactement le même que celui que je reprochais déjà au T1 de sa première saga Les Ailes d'émeraude : trop de romance et une héroïne franchement pénible. Concernant le premier point : on verse dans les sentiments dans chaque chapitre. Lomé et Iollan vivent une histoire d'amour fusionnelle. On assiste à tout : des déclarations, des disputes et des réconciliations... c'est plutôt bien retranscrit ceci dit. Le problème, c'est qu'il y en a trop pour moi. Et l'histoire n'avance pas assez à mon goût. Je pense que les adeptes de romance s'y retrouveront par contre. Quant au caractère de Lomé, que j'appréciais énormément dans le T1, j'ai eu l'impression de retrouver Cassiopée : une héroïne insupportable, qui a toujours un commentaire à faire, qui ne réfléchis plus vraiment et se laisse guider par son amoureux (à l'exception d'une scène vers la fin), et qui se montre vraiment immature... J'espère qu'elle se reprendra dans le T3.

Là où je suis contente par contre, c'est qu'il n'y a pas eu de triangle amoureux ! J'y ai vraiment cru un moment, mais finalement il n'y a rien eu. Et il n'y a rien que je déteste plus dans la littérature que les triangles amoureux... Je n'en ai jamais apprécié un seul, et pourtant j'en ai vu passer un certain nombre dans mes précédentes lectures. Donc pour le coup, je suis ravie !

Au delà de toutes ces critiques, je suis surtout frustrée en réalité. J'adore les idées de l'auteure, les contextes géopolitiques qu'elle met en place. Mais tout cela m'est gâché systématiquement par l'héroïne et son caractère, sa façon d'être, ses amours, son sarcasme déplacé... C'est difficile lorsqu'on ne supporte pas le personnage principal. D'autant qu'il y a un paquet d'autres personnages que j'aurais adoré voir développés. Vanério et Naoli par exemple. Et surtout, surtout, Maïkan, pour qui j'ai totalement craqué ! Et c'est le problème des histoires écrites à la première personne du singulier... c'est le personnage principal qui est le plus développé, les autres passent souvent à la trappe. C'est dommage parce que je les ai vraiment appréciés.

Je vais tout de même lire le T3, parce que j'aime l'histoire et que j'ai vraiment adoré le T1. J'espère que Lomé évoluera positivement dans cette suie, tout comme sa relation avec Iollan. Mais vu la fin du T2, j'ai bon espoir ! 


Le Secret de Lomé 
T2 - L'Odyssé de Lomé



Mémé dans les orties d'Aurélie Valognes


Edition : Le Livre de poche, 2014, 7,20€, 266 pages.
Résumé : Ferdinand Brun, 83 ans, solitaire, bougon, acariâtre - certains diraient : seul, aigri, méchant -, s'ennuie à ne pas mourir. Son unique passe-temps ? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence. Mais lorsque sa chienne prend la poudre d'escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie... jusqu'au jour où une fillette précoce et une mamie geek de 92 ans forcent littéralement sa porte, et son coeur. 


Premier livre de cette auteure, c'est une très bonne découverte. Il se lit vite et bien et fait une parfaite lecture pour les vacances. C'est le genre de lecture cocooning qui fait du bien. 

L'histoire est celle d'un octogénaire, aigri et blasé par la vie. Ferdinand est plutôt du genre asociale qui préfère la solitude même si son passe-temps favoris est d'ennuyer le plus possible mme Suarez, la concierge de l'immeuble. Elle-même n'est pas vraiment sympathique et les deux se livrent une guerre sans merci. 

L'auteure prend le temps de présenter son personnage et d'exposer la situation. La fillette et la grand-mère ne sont introduites que tardivement dans le roman, contrairement à ce que le résumé pourrait nous faire croire. De ce fait, j'ai trouvé le premier tiers de l'histoire un peu long. Mais à partir du moment où Juliette et mme Claudel font leur entrée, les choses s'accélèrent et deviennent beaucoup plus intéressantes. L'auteure fait aussi quelques bonds dans sa chronologie. J'ai honnêtement eu du mal à suivre quelque fois. C'est une façon d'agencer son histoire que j'apprécie souvent, mais ici, certains passages m'ont perdue. Si je devais reprocher quelque chose, ce serait ces deux points. Pour le reste, j'ai passé un excellent moment !

Les personnages sont attachants, bien construits et l'histoire est cohérente et intéressante. Cerise sur le gâteau, nous avons droit à un happy ending. Ce qui est vraiment appréciable ! Finalement, nous suivons la rédemption d'un papi, qui, après avoir passé sa vie à gâcher celle des autres (parfois même sans le vouloir), décide de se mettre à aimer, et de changer son regard sur son attitude. 

On s'attache assez vite à Ferdinand mine de rien. J'aurais aimé que ce roman soit un peu plus long. Mais la promesse de passer un bon moment est remplie. C'est l'essentiel !






Pompéi de Robert Harris



Editions : Pocket, 2005,  9,90€, 410 pages
Résumé : Baie de Naples, an 79. La chaleur se fait de plus en plus étouffante pour les Romains en cette dernière semaine d'août. Une fin d'été ordinaire en Campagne si ce n'est la disparition mystérieuse de l'aquarium chargé de contrôler l'alimentation des environs en eau potable, une anomalie détectée sur l'Aqua Augusta et une odeur de souffre qui flotte dans l'air...
Étrangement, personne ne semble prêter attention à ces événements inhabituels. 
Personne, sauf Attilius, le nouvel ingénieur chargé de l'entretien de l'aqueduc. Alors que Pompéi se prépare à vivre ses dernières heures, Attilius va devoir faire face à des querelles politiques et affronter son ennemi juré, esclave affranchi influent et tyrannique, père de la belle Corélia...


En Juillet dernier, j'ai réalisé un rêve de petite fille : j'ai visité les ruines de Pompéi. Depuis toute petite, l'Antiquité me fascine. De plus, j'ai très tôt développé un intérêt particulier pour les volcans. L'histoire de Pompéi m'a donc toujours intriguée. Ma visite ne m'a vraiment pas déçue. Les lieux m'ont littéralement subjuguée, happée hors du temps. Une archéologue nous guidait et nous racontait tout ce que l'on peut savoir sur l'histoire de la ville et sur la façon de vivre des pompéiens. Après une visite de plus de 2h30, je suis passée par la boutique. Il se trouve qu'à ce moment-là, je n'avais plus de lecture pour le reste de mon voyage. J'ai donc acheté Pompéi de Robert Harris, que la boutique proposait en français. Je l'ai dévoré. 

L'histoire se déroule sur quatre jours : les deux qui précèdent l'éruption, le jour J et le lendemain. Elle a pour personnage principal Attilius, l'aquarium (l'ingénieur en charge de l'entretien de l'aqueduc), de l'Aqua Augusta, aqueduc qui relie en eau les villes de Pompéi, Néapolis (Naples), Nola, Herculanum, Misène et d'autres encore. Fraichement débarqué de Rome, il arrive à Misène pour remplacer Exomnius, l'ancien aquarius récemment disparu inexplicablement. Il va rapidement se rendre compte que quelque chose ne tourne pas rond avec l'eau distribuée par l'aqueduc, et va mener sa petite enquête. Dans ses recherches, il va rencontrer Corélia, jeune fille intrépide tombée sous le joug de son père, Ampliatus, esclave affranchi, qui règne en tyran sur sa maisonnée. J'ai beaucoup aimé ses personnages : Attilius est un homme marqué par la vie, mais volontaire, intelligent et qui garde la tête sur les épaules. Il ne se perd pas en futilité, et garde à l'esprit son unique objectif : réparer l'aqueduc. Ses sentiments pour Corélia vont se développer au fur et à mesure mais ne le perturberont pas pour autant dans sa mission. Corélia quant à elle, a la tête bien sur les épaules, elle sait ce que l'on attend d'elle et s'y conforme même si cela ne lui plait pas. Cependant, elle saura tout de même intervenir lorsqu'il le faudra. C'est une jeune femme de 18 ans, qui subit son statut de femme romaine plus qu'elle ne l'accepte : un modèle de femme moderne. Vient ensuite Ampliatus, le père de Corélia. Ancien esclave, il s'est enrichi suite aux tremblements de terre ayant violemment secoués Pompéi en 62. Depuis il manipule toute la sphère politique de la ville. C'est un méchant comme je les aime, intelligent, cruel, détestable et très en colère. J'aime beaucoup la construction des personnages de ce roman. Ils ne se perdent pas en sentiments futiles et en niaiseries. La romance n'est clairement pas au centre de cette histoire car rappelons-le : le sujet principal est l'éruption du Vésuve. 


Pour ce faire, l'auteur s'est visiblement bien documenté. Il laisse d'ailleurs une importante bibliographie à la fin de son roman. Elle contient les nombreuses références qu'il a utilisées pour écrire son histoire : histoire politique de Pompéi et de l'Italie en général, vulcanologie, moeurs de la Rome antique, ingénierie des aqueducs... tout est documenté. De plus, il intègre mêmes des figures emblématiques de l'époque tel que Pline l'ancien et son neveu Pline le jeune, qui donnera son nom aux éruptions explosives : les éruptions pliniennes. J'ai adoré rencontrer ces deux personnages. Harris s'est également documenté sur eux. C'est pour cela que j'aime autant son oeuvre : c'est une interprétation romancée de la catastrophe de 79 mais écrite sur une base documentée et des recherches référencées. Effectivement, certains passages sont très techniques, tels que ceux qui font référence à l'aqueduc et à son fonctionnement. Personnellement, cela ne m'a pas dérangée, au contraire, j'ai trouvé cela très instructif. 


En conclusion, je conseille vraiment ce roman à tous ceux et toutes celles féru.e.s d'histoire et plus spécifiquement de l'Antiquité. C'est certainement l'un de mes coups de coeur 2019. Il est bien écrit, cohérent, prenant et haletant (nous savons que la catastrophe va arriver, la question est de savoir qui s'en sortira !). Un petit bijou ! 

Les Prélats de Fanéas T2 : Le Soulèvement des fiefs


Editions : Editions Féryl, Juin 2018, 596 pages, 23,50€
Résumé : Après avoir découvert la réelle identité de Klay, Astéria et ses compagnons sont enfin de retour à Faneas. Ce royaume fascinant, autrefois prospère et plein de vie, est désormais meurtri par l’invasion endorine. Dans les plaines d’Albeth, les habitants désespérés sont opprimés et perdent peu à peu la volonté de vivre. Pourtant, certains se battent toujours pour Faneas ! C’est le cas du mystérieux Frey, qui résiste à l’Ouest. Cet homme pourrait devenir un allié de premier ordre, mais comment faire confiance après une telle trahison ? Asté n’en a aucune idée. Malheureusement, le temps n’est pas à l’hésitation : la guerre semble plus proche que jamais et l’armée d’Endor se masse déjà au pied du mont d’Ase Gard. Les prélats seront-ils en mesure de sauver les rebelles ? Et quel est ce secret qui se cache au Nord, dans la forêt de Selvans ?

/!\ spoilers sur le T1 /!\

Mon avis

Le premier tome se terminait sur un cliffhanger incroyable : l'enlèvement de Sora, la trahison de Kaede, et la révélation du statut d'Astéria, future reine de Fanéas. De plus, les personnages ayant décidé de quitter notre monde pour retourner dans le leur, j'avais hâte de découvrir plus en profondeur Fanéas. Et je n'ai pas été déçue. 

Nous retrouvons donc notre trio, Cléora, Noctis et Astéria, à la recherche de Kaede et de Sora, sur les terres désolées de leur ancien royaume. Les filles ne sont parties que depuis un an, mais dans leur monde, 10 ans ont passé, et le paysage a considérablement changé. C'est dans un pays dévasté par la guerre que les deux jeunes femmes réapparaissent. Leurs familles respectives ont disparu, leurs palais aussi, tout ce à quoi elles se raccrochaient sur Terre n'est plus... ou presque. Le groupe va alors se lancer dans un voyage périlleux en quête d'alliés, et vont essayer de rejoindre les différents temples des prélats afin de renforcer le pouvoir de chacun d'entre eux. Nous assisterons à de nombreuses batailles, des relations se renforceront, des personnages réapparaitront, tout ce qu'il faut pour en faire un excellent deuxième tome. 

Ce que j'adore avec ce monde, c'est qu'il m'en rappelle tellement d'autres. J'ai eu l'impression de me retrouver dans un jeu vidéo type Zelda. Chaque fief du royaume a ses propres caractéristiques. Ase Gard, la ville des Vanes, se situe sur des îles qui flottent dans les airs. Delphes, la ville des Selvans dont est originaire Noctis, se situe sous terre. Chaque région a sa propre topographie, son propre peuple et sa propre religion ! Des religions que nous connaissons bien puisque le peuple des Asailés prie les dieux nordiques, tel que Odin, Thor ou Freya. Celui de Delphes prie les dieux de l'Olympe. Et nous savons que les larmias, le peuple de Cléora, se tournent vers la légende Arthurienne. Ce mélange de cultures, de paysages et d'espèces me plait énormément !! Je suis sure que nous en découvrirons d'autres dans les tomes suivants ! 

En conclusion

C'est une saga que j'apprécie tout particulièrement. Elle regroupe tout ce que j'adore dans la fantasy. De très bonnes références, un background fourni et solide, des personnages hauts en couleur, de l'action, de la magie et une romance qui n'entache pas l'intrigue principale. De plus, chaque tome est particulièrement bien développé. Je conseille cette saga à tout fan de fantasy, elle vaut le détour !

Les Prélats de Fanéas 
T2 - Le Soulèvement des fiefs
T3 - La Résistance d'Amiran
T4 - ???