Circé de Madeline Miller


Editions : Pocket, 8,50€, 2018, 578 pages.  
Résumé : Fruit des amours d'un dieu et d'une mortelle, Circé la nymphe grandit parmi les divinités de l'Olympe. Mais son caractère étonne. Détonne. On la dit sorcière, parce qu'elle aime changer les choses. Plus humaine que céleste, parce qu'elle est sensible. En l'exilant sur une île déserte, comme le fut jadis Prométhée pour avoir trop aimé les hommes, ses pairs ne lui ont-ils pas plutôt rendu service ? Là, l'immortelle peut choisir qui est elle. Demi-déesse, certes mais femme avant tout. Puissante, libre, amoureuse...

Je continue mon incursion dans l'Antiquité. Après les volcans et les cités perdues, je poursuis ma balade en compagnie des Dieux et des nymphes. J'ai toujours adoré les histoires de héros grecques.  Qui plus est lorsqu'il s'agit d'une femme. Circé est LE personnage que j'attendais : une femme forte, sorcière aux pouvoirs incroyables, mère aimante et amante passionnée, elle n'est pas venue au monde comme cela, bien au contraire ! Tout a été à faire. De petite fille perdue, elle est devenue la grande magicienne que l'on connait aujourd'hui. Et pour cela, il lui aura fallu des millénaires. Son évolution est parfaitement retranscrite par l'auteure. 

Ce roman retrace tous les moments importants de l'histoire de Circé : son enfance dans le palais de son père Hélios, la naissance de ses frères et soeur, son exil, sa rencontre avec le Minotaure, Dédale, Ulysse, Trygon etc. Tout est romancé certes, mais terriblement bien adapté. Circé est imparfaite, elle ne comprend pas le monde des Dieux, ne se sent bien qu'en présence des mortels. Elle est crédule et naïve. Mais si forte...

Tout le roman est écrit de son point de vue. De ce fait, il y a quelques longueurs, mais c'est normal. Circé a eu une très longue vie (elle est immortelle). Elle a passé de nombreuses années seule sur son île, à parfaire sa magie et à accumuler d'innombrables connaissances. Certains passages se concentrent sur ces moments-là et de ce fait, il n'y a pas vraiment d'actions. D'un autre côté, ils retranscrivent bien sa solitude, et aident le lecteur et la lectrice à comprendre le personnage et ce qu'elle a vécu.

Circé a beau être exilée, les péripéties qu'elle a vécu sont nombreuses, ainsi que les personnes qu'elle a rencontrées. Il a été très drôle pour moi de retrouver toutes ces figures de l'Antiquité que je connaissais déjà, et de les voir évoluer vers ce que je savais qu'il allait se passer.

En conclusion

Ce merveilleux roman m'a conquise, du début à la fin. Je mentionnerai cependant une petite erreur, de la part de la personne responsable du résumé en 4ème couverture : Circé est né des amours d'un Dieu et d'une Nymphe, sa mère est aussi immortelle que son père. Et Circé n'a pas vécu aux côtés des Olympiens, mais aux côtés des Titans, qui sont une autre branche divine. Petite précision qui a son importance mine de rien. 

Madeline Miller a écrit plus d'un roman mythologique. Je lirai Le Chant d'Achille qui est son précédent roman avec plaisir. C'est un personnage que l'on mentionne à plusieurs reprises dans Circé, et je suis curieuse de voir ce qu'il est devenu entre les mains de cette merveilleuse auteure.

Les Outrepasseurs T3 : Le Libérateur de Cindy Van Wilder


Editions : Gulf Stream Editeur, 2015, 354 pages, 18€Résumé : Un terrible hiver s'abat sur la Grande-Bretagne. Peter, qui a été sauvé par Arnaut, se retrouve seul, car le Chasseur et le lion d'Arnaut, sont affectés par la disparition de la magie. Arnaut tombe dans un coma profond, auquel il semble n'y avoir aucune solution. Jusqu'à ce que Peter comprenne que le sous-sol de Lion House regorge de ressources cachés...

Troisième et ce qui aurait dû être dernier tome de la saga, Le Libérateur met un point final aux aventures des Outrepasseurs. Nous retrouvons Peter et Arnaut dans une situation bien compliquée : Peter est laissé pour mort par Noble et ses compagnons, mais grâce à Arnaut, le jeune homme survit. Mais les voilà obligés de se cacher, poursuivis par la maison du chat, tout comme Shirley et Hermeline, en fuite elles-aussi. En même temps, Snezhkaïa, la terrible reine des neiges, a lancé un sort afin de faire définitivement disparaitre la magie de la surface de la Terre, emportant avec elle les Outrepasseurs et la reine elle-même, dans un ultime sacrifice.

J'ai beaucoup aimé cette saga. Bien écrite et bien construite, elle rend vraiment hommage aux contes de fée. C'est même plus que ça, on a vraiment l'impression de faire partie d'un conte de fée. Cindy Van Wilder m'a littéralement transportée dans son monde, du début à la fin. Elle a su créer une atmosphère similaire à celle que l'on retrouve dans les contes des frères Grimm. Elle apporte sa propre vision des contes les plus connus tels que Blanche Neige ou la Reine des Neiges. C'est une mode littéraire qui me plait énormément. J'avais déjà adoré la trilogie des Contes du Royaume de Sarah Pinborough. J'ai évidemment regardé la série Grimm jusqu'à la fin, et lis actuellement en LC la saga Grimm Legacy de Polly Shulman, avec Le Manège de Psylook. Je suis une vraie adepte des réécritures de contes. J'adore ça. Et cette saga est une parfaite réécriture.

Pour en revenir à ce T3, je le trouve plus sombre encore que le précédent. L'histoire se déroule sur plusieurs plans : Hermeline et Hersent qui sont à la poursuite de Snezhkaïa, Noble qui ne pense qu'à retrouver son pouvoir, Arnaut et Peter qui cherchent à annuler la malédiction du Chasseur... une course contre la montre s'installe et nous prend avec. On sent l'urgence qui presse chaque personnage. On s'angoisse pour eux, on prie pour que tout se passe bien.... j'en ressors hors d'haleine mais contente de cette fin !!

Concernant les relations entre les personnages, je n'ai pas été très touchée par celle de Peter/Shirley que j'ai trouvé forcée. J'aurais préféré le voir casser les codes complètement, jusqu'au bout, et construire une relation amoureuse avec quelqu'un de totalement différent, plutôt qu'avec celle qu'on lui avait pré-destinée. Par contre, d'autres relations m'ont particulièrement plu : l'amitié qui se crée au fil des pages entre Hermeline et Hersent prouve que Cindy Van Wilder sait très bien manier sa plume et faire évoluer les relations entre ses personnages. J'aurais toutefois adoré voir plus de Peter/Arnaut car j'avoue shiper ce couple à 100% !!

En conclusion

Pour tous les ferrus de contes comme moi, je conseille vraiment la saga Les Outrepasseurs ! J'ai hâte de lire le dernier tome, qui promet d'être bien différent, puisqu'il se concentrera sur le peuple des Ferreux et non plus sur les Outrepasseurs. Un passement de flambeau, qui promet d'être très très intéressant !

Les Outrepasseurs
T2 : La Reine des neiges
T3 : Le Libérateur
T4 : Férénusia

Une Saison chez les sorcières T2 : Hiver d'Anaïs Goldemberg


Edition : Le Lumignon, 2015, 82 pages, 18€.Résumé : Dans l'immense forêt, il n'y a plus un bruit : tous les animaux se sont assoupis brusquement à l'approche de l'hiver. Un froid glacial s'abat sur les bois, et les sorcières s'inquiètent pour leurs amis qui dorment dehors. Comment les protéger ? Grogragrou, le monstre doux, est quant à lui atteint par un bien étrange rhume... Décidément, cette nouvelle saison ne sera pas de tout repos pour les sorcières !

Ah les sorcières d'Anaïs Goldemberg, et leur petite maison cachée au fond des bois... c'est vraiment un univers que j'adore ! Tout ce que j'aime en vérité. Les sorcières, la magie, la forêt, le changement de saison, les couleurs vives et les illustrations... tout ce que j'ai envie de lire, sous le plaid, avec une bonne tisane chaude au coin du feu... Oui il ne m'en faut pas plus !

Dans ce deuxième tome, nos charmantes sorcières sont confrontées à l'arrivée de l'hiver. Grogragrou tombe malade et tous les animaux de la forêt s'endorment inexplicablement. Telle une ruche en ébullition, elles vont s'organiser pour aider tout le monde. Certaines vont poser des charmes dans la forêt pour éloigner le mal, pendant que d'autres resteront dans la maisonnée à s'occuper de ceux dans le besoin. L'intrigue est vraiment surprenante. Je pensais en débutant cette saga que chaque tome aurait sa propre histoire. Mais finalement, il s'agit bien d'une intrigue qui s'étend sur toute la saga : celle d'un mal qui ronge doucement mais sûrement la forêt de nos sorcières. Et c'est absolument parfait ! Il y a une continuité entre les différents tomes, et c'est ce que nous laissait déjà entendre la fin du premier livre. 

Ce que j'apprécie beaucoup également, c'est que chaque tome dépeint une saison dans son ensemble. Il en décrit les inconvénients (dans ce cas, le froid, l'isolement, la nature endormie) mais aussi les avantages (les repas ensemble au coin du feu, la solidarité face à la dureté de l'hiver...). Cette saison m'a toujours particulièrement touchée. Je l'adore, j'adore le froid, la nuit qui tombe tôt, la neige, la chaleur du foyer, les repas d'hiver... Et ce livre, me donne envie de le lire et de le relire chaque soir au coin du feu. 

Les personnages quant à eux ne sont pas en reste. Il y a plus d'une vingtaine de sorcières dans la maisonnée, et l'auteure aurait pu en choisir une ou deux, et les mettre plus en avant que les autres. Mais ce n'est pas le parti qu'elle a choisi et c'est tant mieux. Chaque sorcière est autant mise en avant que les autres. Il n'y a pas de préférence. C'est typiquement ce que j'adore lorsque l'histoire porte sur un groupe de personnes. Aucune ne prend le pas sur les autres. Et pour aider les lecteurs à s'y retrouver, l'auteure qui est aussi illustratrice, a laissé une petite carte dans son livre, où toutes les sorcières sont dessinées, avec le nom écrit juste à côté d'elles. C'est très appréciable, et l'illustration est vraiment très belle. 

En conclusion

J'ai hâte d'acquérir le tome 3, sur la saison du printemps. Je veux savoir ce qui va leur arriver, car elles m'ont totalement conquise ! Si vous êtes à la recherche d'une saga de ce type, aux élans de sorcellerie et au style cocooning, c'est celle-là qu'il vous faut ! 


Une saison chez les sorcières
T2 - Hiver
T3 - Printemps
T4 - ??? (Je me doute que ce sera probablement Été mais comme il n'est pas encore sorti, je préfère ne rien mettre !)

Le Secret de Lomé T2 - L'Odyssée de Lomé d'Alexiane De Lys



Edition : Michel Lafon, 363 pages, 28/03/2019, 15,95€
Résumé : Lorsque Lomé est arrivée dans l'univers inhospitalier de Bâl'Shanta, le prince Iollan l'a prise sous son aile et aidée à retrouver son monde à elle. Mais leur mission a échoué, et Lomé doit désormais tenter de survivre sans la présence rassurante de celui qu'elle aime à son côté. Quand Iollan réapparaît des semaines plus tard, il doit se cacher : son père menace de le faire exécuter à tout moment. Sa décision est prise : il va accompagner Lomé sur Terre... mais quel est le prix à payer pour quitter Bâl'Shanta ? 

Aves les oeuvres d'Alexiane De Lys, c'est un peu une histoire d'amour du type : Je t'aime, moi non plus. Première chose : elle a de très bonnes idées. Ses histoires sont toujours surprenantes, bien pensées et bien construites. Ici : mondes parallèles et esclavagisme dans un monde médiéval. Avec tout cela, le premier tome m'avait réellement séduite. Les questions de moralité autour de l'esclavage étaient très intéressantes. Malheureusement, on ne les retrouve plus du tout dans ce T2. Et cela m'a énormément manqué, car je n'ai rien trouvé d'aussi fort à quoi j'aurais pu me raccrocher. 

On retrouve Lomé, Iollan et son groupe de soldats, partis en direction de Sombreter, afin d'y trouver les dragons ainsi qu'un moyen pour la jeune femme de rentrer chez elle, où elle sera en sécurité. Ce deuxième roman se passe donc sur les routes et les mers de Bâl'Shanta. Le voyage sera ponctué de nombreuses rencontres et péripéties, comme on peut s'y attendre lors d'une odyssée. Le souci ? Exactement le même que celui que je reprochais déjà au T1 de sa première saga Les Ailes d'émeraude : trop de romance et une héroïne franchement pénible. Concernant le premier point : on verse dans les sentiments dans chaque chapitre. Lomé et Iollan vivent une histoire d'amour fusionnelle. On assiste à tout : des déclarations, des disputes et des réconciliations... c'est plutôt bien retranscrit ceci dit. Le problème, c'est qu'il y en a trop pour moi. Et l'histoire n'avance pas assez à mon goût. Je pense que les adeptes de romance s'y retrouveront par contre. Quant au caractère de Lomé, que j'appréciais énormément dans le T1, j'ai eu l'impression de retrouver Cassiopée : une héroïne insupportable, qui a toujours un commentaire à faire, qui ne réfléchis plus vraiment et se laisse guider par son amoureux (à l'exception d'une scène vers la fin), et qui se montre vraiment immature... J'espère qu'elle se reprendra dans le T3.

Là où je suis contente par contre, c'est qu'il n'y a pas eu de triangle amoureux ! J'y ai vraiment cru un moment, mais finalement il n'y a rien eu. Et il n'y a rien que je déteste plus dans la littérature que les triangles amoureux... Je n'en ai jamais apprécié un seul, et pourtant j'en ai vu passer un certain nombre dans mes précédentes lectures. Donc pour le coup, je suis ravie !

Au delà de toutes ces critiques, je suis surtout frustrée en réalité. J'adore les idées de l'auteure, les contextes géopolitiques qu'elle met en place. Mais tout cela m'est gâché systématiquement par l'héroïne et son caractère, sa façon d'être, ses amours, son sarcasme déplacé... C'est difficile lorsqu'on ne supporte pas le personnage principal. D'autant qu'il y a un paquet d'autres personnages que j'aurais adoré voir développés. Vanério et Naoli par exemple. Et surtout, surtout, Maïkan, pour qui j'ai totalement craqué ! Et c'est le problème des histoires écrites à la première personne du singulier... c'est le personnage principal qui est le plus développé, les autres passent souvent à la trappe. C'est dommage parce que je les ai vraiment appréciés.

Je vais tout de même lire le T3, parce que j'aime l'histoire et que j'ai vraiment adoré le T1. J'espère que Lomé évoluera positivement dans cette suie, tout comme sa relation avec Iollan. Mais vu la fin du T2, j'ai bon espoir ! 


Le Secret de Lomé 
T2 - L'Odyssé de Lomé



Mémé dans les orties d'Aurélie Valognes


Edition : Le Livre de poche, 2014, 7,20€, 266 pages.
Résumé : Ferdinand Brun, 83 ans, solitaire, bougon, acariâtre - certains diraient : seul, aigri, méchant -, s'ennuie à ne pas mourir. Son unique passe-temps ? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence. Mais lorsque sa chienne prend la poudre d'escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie... jusqu'au jour où une fillette précoce et une mamie geek de 92 ans forcent littéralement sa porte, et son coeur. 


Premier livre de cette auteure, c'est une très bonne découverte. Il se lit vite et bien et fait une parfaite lecture pour les vacances. C'est le genre de lecture cocooning qui fait du bien. 

L'histoire est celle d'un octogénaire, aigri et blasé par la vie. Ferdinand est plutôt du genre asociale qui préfère la solitude même si son passe-temps favoris est d'ennuyer le plus possible mme Suarez, la concierge de l'immeuble. Elle-même n'est pas vraiment sympathique et les deux se livrent une guerre sans merci. 

L'auteure prend le temps de présenter son personnage et d'exposer la situation. La fillette et la grand-mère ne sont introduites que tardivement dans le roman, contrairement à ce que le résumé pourrait nous faire croire. De ce fait, j'ai trouvé le premier tiers de l'histoire un peu long. Mais à partir du moment où Juliette et mme Claudel font leur entrée, les choses s'accélèrent et deviennent beaucoup plus intéressantes. L'auteure fait aussi quelques bonds dans sa chronologie. J'ai honnêtement eu du mal à suivre quelque fois. C'est une façon d'agencer son histoire que j'apprécie souvent, mais ici, certains passages m'ont perdue. Si je devais reprocher quelque chose, ce serait ces deux points. Pour le reste, j'ai passé un excellent moment !

Les personnages sont attachants, bien construits et l'histoire est cohérente et intéressante. Cerise sur le gâteau, nous avons droit à un happy ending. Ce qui est vraiment appréciable ! Finalement, nous suivons la rédemption d'un papi, qui, après avoir passé sa vie à gâcher celle des autres (parfois même sans le vouloir), décide de se mettre à aimer, et de changer son regard sur son attitude. 

On s'attache assez vite à Ferdinand mine de rien. J'aurais aimé que ce roman soit un peu plus long. Mais la promesse de passer un bon moment est remplie. C'est l'essentiel !