Le Clan du corbeau blanc T1 : La Malédiction du wendigo d'Elfydil



Editions : Autoédité, 13 décembre 2019, 24€.

Résumé : Nokomis a enfin atteint l’âge requis pour partir en quête de son totem et ainsi devenir véritablement un membre du clan du corbeau blanc. Malheureusement, sa vie bascule le jour où elle se retrouve possédée par un wendigo manipulateur et extrêmement violent. Réussira-t-elle à s’en débarrasser sans s’en prendre à ceux qu’elle aime ?

Mon avis

Grande lectrice de SFFF, je n'avais pourtant encore jamais lu de roman dark fantasy. Je suis ravie de pouvoir dire aujourd'hui que c'est chose faite, et en plus j'ai beaucoup aimé ! Le Clan du corbeau blanc est la 1ère saga d'Elfydil, jeune auteure qui n'a pas froid aux yeux. Son histoire prend place dans une époque et un monde que l'on ne nomme pas. Les personnages s'apparentent à nos amérindiens. Ils vivent dans des clans, chaque village est représenté par un animal. Et chaque citoyen a son animal totem, un esprit qui lui est lié, obtenu après un rituel spécifique symbolisant le passage à l'âge adulte. 

Notre héroïne, Nokomis fait partie du clan du Corbeau Blanc. Elle a l'âge de passer son rituel, et se lance dans l'aventure avec ferveur ! Malheureusement ce dernier ne se passe pas comme prévu. La jeune femme est piégée par un esprit maléfique, un wendigo qui prend possession d'elle. Nokomis et ses amis vont alors tout faire pour délivrer la guerrière de ce démon cruel, non sans pertes ni difficultés. Au travers des pérégrinations du groupe, nous découvrirons d'autres clans, plongerons dans le passé des ancêtres de la jeune femme et vivrons des moments intenses et fort en émotions. Car oui, c'est bien de la dark fantasy, l'auteure nous avait prévenus !

J'ai très vite accroché à l'histoire. Nokomis est une héroïne comme je les aime, forte, combative, endurante et par dessus tout, très aimante. C'est un personnage torturé, physiquement et moralement, mais elle prend sur elle et va de l'avant. Elle est accompagnée de sa petite amie Ayana et de son frère adoptif. Ses compagnons de route sont ses ancrages, ceux vers qui elle peut constamment se tourner. C'est une histoire très psychologique. Les personnages sont poussés jusque dans leurs retranchements. Meurtres, tortures, viols.... tout y passe. Aucun personnage n'est épargné, pas même la lectrice que je suis ! Par moment, il faut avoir l'estomac bien accroché. Les scènes ne sont pas gores en soi.... C'est simplement que l'auteure sait nous surprendre, nous effrayer, nous choquer. Personnellement j'ai adoré, même si certains passages m'ont vraiment fait mal au coeur.

Autre élément que j'ai apprécié, c'est la relation entre Nokomis et Ayana. C'est littéralement l'une des premières fois que je vois une relation homosexuelle entre personnages principaux dans un roman de fantasy. Cela fait vraiment plaisir de sortir des clous.
La lecture se fait toute seule. Le style est fluide et agréable. À noter que l'auteur a créé son propre langage, elle l'utilise intelligemment tout au long du roman. Elle décrit vraiment très bien les nombreuses actions menées, les combats ainsi que les moments les plus doux. Tout est facilement visualisable, c'est agréable. Mon seul bémol, est par rapport aux scènes de possession que j'ai trouvé quelques fois redondantes et répétées. Mais d'un autre côté cela nous permet de bien comprendre ce que vit Nokomis au quotidien. 


En conclusion

Je dirais que j'ai énormément accroché à l'histoire. Son contexte change de ce qu l'on peut lire plus généralement. L'auteur maitrise son univers, qu'elle a créé de toute pièce. Les relations entre personnages sont finement menées. J'espère toutefois voir encore plus de Chilali dans le tome deux, car c'est clairement mon personnage préféré. Pour un premier roman, c'est bien réussi, il faut le dire !

Les Prélats de Fanéas T3 : La Résistance d'Amiran


Editions : Feryl, 2019, 543 pages.

Résumé : Asté et Cléroa se dirigent vers le domaine des grands lacs afin de retrouver Morgana et de fortifier les pouvoirs de la larmia. Toutefois, la route vers l'aqua-monde est plus périlleuse qu'il n'y paraît. Les lacs souterrains qui abritaient jadis des villes comme Caelia se sont refermés sur eux-mêmes et le temple du Sud, Avalon, semble hors d'atteinte. 
Pendant que Cléora renoue difficilement avec ses origines, Noctis et Niall travaillent de concert pour réformer l'armée rebelle. Malheureusement, les factions de la résistance ont du mal à s'accorder et les tensions sont légions. Le roi Bosham, que cette rébellion excède, entend bien profiter de cette faiblesse pour en finir. Alors qu'il prépare son armée, les prélats se lancent dans une course contre la montre, espérant renforcer leurs positions avant que Maboroshi ne leur porte le coup fatal.

Mon avis

Quel bonheur de retrouver Astéria et ses Prélats. Nous avons la chance d'avoir une saga extraordinaire, publiée régulièrement : un an d'attente entre deux tomes, c'est parfait. J'avais tellement hâte de les retrouver. D'ailleurs, on les retrouve exactement là où on les avait laissés ! Le groupe est désormais séparé en deux. Asté et Cléora se rendent dans le fief de cette dernière afin de renforcer son pouvoir, pendant que les garçons, restés à Delphes, préparent la bataille à venir. La guerre est bien là. Après les batailles précédentes, la reine et ses prélats ont besoin de reprendre des forces.

Comme dans les tomes précédents, les héros vont voyager dans des régions très différentes : les domaines des Grands Lacs, les Mines de Bald du royaume de Mystfolk ainsi que la ville démoniaque de Gram du royaume d'Endor. Enfin, c'est la capitale de Fanéas elle-même que nous visiterons : Baseen-Dar. Autant d'endroits nommés dans les précédents ouvrages et que j'avais hâte de découvrir. La diversité des paysages est incroyable. J'ai particulièrement adoré la région des Larmias, que j'avais hâte de parcourir. Après Ase-gaard, les îles du Prélat du vent, Delphes et la forêt des Selvans, domaines du Prélats de la Terre, je trépignais d'impatience à l'idée de découvrir les terres du Prélat de l'eau. J'ai reçu un poster réalisé par l'autrice qui illustre les domaines des Grands Lacs. Et c'est magnifique. J'espère que nous aurons aussi la possibilité de visiter le territoire du Prélat du feu dans le tome 4. Cela permettrait de boucler la boucle. 

Revenons à l'histoire. Celle-ci avance très bien. La guerre est bien là, et les protagonistes s'impliquent corps et âme pour sauver Fanéas. Astéria est tiraillée entre ses devoirs de Reine, la volonté de protéger ceux qu'elle aime et son amour pour Kaede. Les décisions qu'elle aura à prendre ne seront vraiment pas faciles. Elle parait plus mature que dans les précédents tomes. Elle a enfin accepté ses sentiments pour le Prélat du Feu, même si leur amour passe après Fanéas et les besoins de l'alliance. Là où ce tome trois assure vraiment, c'est par rapport aux origines de certains personnages, à leur histoire personnelle, à leur vécu. De nombreux éléments nous sont révélés, sur Cléora, Freya, Maboroshi ou encore Noctis. J'ai adoré découvrir tout cela et beaucoup de choses m'ont agréablement surprise. Le lien entre Freya et Astéria est aussi décortiqué et dévoilé. Et je dois dire que je ne m'attendais pas à tout cela ! 

Pour ce qui est de la romance, elle est toujours bien présente dans ce troisième tome, mais elle ne prend pas le dessus sur l'action. Elle fait partie de l'intrigue. En général, ce n'est pas ma tasse de thé, mais dans cette histoire, j'adore. Je regrette même de ne pas voir assez de Cléora/Noctis, mes petits chouchous. Quant à la relation entre Kaede et Astéria, comme précisé précédemment dans la chronique, elle va prendre beaucoup plus d'ampleur. Les deux jeunes gens acceptent leurs sentiments mutuels, mais dans un contexte de guerre comme celui-là, et par rapport aux obligations d'Astéria en tant que reine, il sera difficile pour eux de vivre leur vie de couple comme ils le voudraient. Je suis moins attirée par cette relation, c'est vrai. Certainement parce que je n'apprécie pas autant les deux personnages que les prélats de l'eau et de la terre. 

Enfin, il est important de signaler que d'importantes décisions sont prises dans ce livre. Des décisions qui auront de grandes conséquences sur l'avenir de Fanéas. Cela démontre que l'auteure n'hésite pas à mettre en jeu la vie et l'intégrité de ses personnages. La saga passe alors dans une toute nouvelle dimension, plus mature, plus sombre et plus tranchante. 



En conclusion

Evidemment, je suis impatiente de lire le tome suivant, mais je n'oublie pas que c'est le dernier ; celui qui mettra un point final aux aventures d'Astéria et de ses Prélats. En attendant, ce tome trois ravira tous les fidèles lecteurs et lectrices de cette saga. Il monte crescendo en intensité. Comme son nom l'indique, il prépare l'alliance d'Amiran, l'alliance des résistants, pour ce qui sera très certainement la grande et dernière bataille du tome 4.  Je ne peux que vous conseiller cette saga si vous ne vous êtes pas encore lancés !

Grimm Legacy T3 : Le Cauchemar Edgar Poe de Polly Shulman


Editions : France loirs, 2016, 353 pages
Résumé : Côtoyez l'épouvante... si vous l'osez ! Sukie n'a pas la vie facile : depuis le décès de sa soeur, dont le fantôme la suit partout, ses parents ont perdu leur emploi. Tous trois ont dû s'installer dans l'inquiétant manoir de la tante Hepzibah et, pour gagner quelques sous, ils vendent des babioles sur les brocantes. Un jour, deux jeunes gens les approchent, très intéressés par un balai tout à fait banal. Elizabeth et Andreas travaillent en fait pour le Dépôt d'Objets Empruntables de la Ville de New York, une extraordinaire bibliothèque n'accueillant que des objets qui ont marqué l'histoire ou la littérature. Or, ce balai n'est pas si ordinaire : il s'agit d'un balai volant issu d'un conte horrifique dont le décor est... le manoir où vit Sukie.


Lecture commune réalisée avec ma chère partenaire de LC, Psylook, dont vous trouverez la chronique sur son blog, le Manège de Psylook !!

Mon avis


Troisième et dernier tome de la saga Grimm Legacy, Le Cauchemar Edgar Poe s'enfonce dans un monde de fantasy et d'horreur, où les fantômes et les courants d'air règnent en toute tranquillité. Une lecture parfaite pour Halloween. Comme le reste de la saga, je l'ai lu en LC avec ma partenaire Psylook dont vous pouvez retrouver l'avis ici. 

Pour rappel, l'idée principale de la saga est l'existence d'un Dépôt d'Objets Empruntables tout droit sortis d'oeuvres littéraires connues. Chaque grande ville du monde possède son propre Dépôt. Le Dépôt principal de cette saga est celui de New York. Dans le premier tome, nous explorions la collection Grimm. L'histoire était donc plus tournée vers le fantastique. Pour le second livre, la collection principale était celle de H. G. Wells. Ainsi la thème était le voyage dans le temps. Nous étions plus sur une ambiance steampunk. Pour cette troisième lecture, la collection mise en avant est celle d'Edgar Poe et des auteurs tournés vers l'horreur. 

J'ai adoré ce troisième tome ! C'est de loin mon préféré ! Et j'en suis d'autant plus ravie que j'avais détesté le T2. Ici, tout est parfait. L'intrigue : la jeune Sukie emménage dans la maison familiale, tenue par sa grande tante Hepzibah Thorne. Sa famille a de sérieux problèmes d'argent, et en plus de cela, Sukie a récemment perdu sa soeur, Kitty, victime de la malédiction familiale qui veut que pour chaque nouvelle génération, un frère ou une soeur meurt prématurément. Pour autant, Sukie continue de voir Kitty, qui la suit partout sous forme de fantôme. Elle ne peut pas vraiment en parler à ses parents, mais lorsqu'elle arrive au manoir Thorne, elle sent rapidement qu'elle peut se confier à sa tante. Et effectivement, cette dernière est bien au courant des histoires de fantômes, et pour cause, elle en a quelques unes à raconter. Lorsque Sukie va rencontrer le fantôme de son ancêtre Windy, lui demandant de retrouver son trésor, elle y voit une opportunité de régler les problèmes d'argent de sa famille et va se lancer corps et âme dans la recherche du coffre de arrière x fois grande tante. L'intrigue est géniale et rondement menée. On est surpris, il y a de nombreux rebondissements, et tout est absolument cohérent ! J'ai adoré la fin de l'histoire également. On sent la maturité gagnée par l'auteure. 

Les personnages sont géniaux eux aussi. C'était bien là le problème principal du T2, pour lequel j'ai détesté Léo et Jaya. Ici, les héros sont Sukie et Cole, un jeune homme très sympathique rigolo, et Andréas et Elizabeth, personnages déjà rencontrés dans les premiers tomes. Sukie est adorable. Elle est responsable, mature pour son âge et très réfléchie. Elle ne pique pas de crise comme le faisait Jaya. Elle est prévenante et on peut suivre son évolution du début à la fin du livre. Parfait. Et j'ai été plus que ravie de revoir Elizabeth, l'héroïne du tome 1. Et elle ne fait pas qu'une apparition, elle est littéralement présente sur la quasi totalité de l'histoire. Elle est bien évidemment plus âgée. Dans le T1 elle avait 16 ans, ici elle doit en avoir entre 25 et 30. Elle est directrice adjointe du Dépôt et visiblement mariée, même si on ne saura pas à qui... Aaron ?? On ne sait pas. Andréas quant à lui est sympathique quoi qu'un peu fade je dois dire. Mais ce n'est pas plus mal, le livre se concentre ainsi sur Sukie et Cole ce qui est très bien !

En conclusion

Cette saga nous en aura fait voir de toutes les couleurs à Psylook et moi. Le premier tome était chouette, mais nous avons été déçues par la fin. Le deuxième était en dessous à tout point de vue. Ce qui est vraiment dommage car le thème des voyages dans le temps est tellement intéressant ! Heureusement, le troisième vaut le détour. Il est excellent du début à la fin. De plus, on a enfin l'explication aux questions qu'on se pose depuis le début : "D'où viennent ces objets ? A-t-on écrit sur eux, ou sont-ils directement sortis de l'histoire ?".
Je vous conseille cette saga, car le concept de Dépôt d'objets extraordinaires est génial ! 

Nuits d'Alsace par un collectif d'auteurs


Editions : Luciférines, 2018, 120 pages, 8€50
Résumé : Cigognes, tenues traditionnelles, bretzels et vins blancs, on ne saurait penser à la culture alsacienne sans l'un de ces symboles. Tout à l'Est, à la fois française et d'héritage germanique, la plaine du Rhin éveille l'imaginaire. En quatre nouvelles fantastiques, des auteurs passionnées ont exploré le passé historique d'une région à la frontière de plusieurs mondes et époques. Souvenirs de la Seconde Guerre Mondiale, d'un Moyen-Âge superstitieux qui vit la publication du Malleus Malleficarum à Strasbourg, et de la Renaissance nordique se croisent sur une terre riche en mystères qui n'attend que votre visite.


Mon avis

Je ne suis pas du genre à lire des recueils de nouvelles même si ça m'est déjà arrivé. Mais celui-ci est particulier, puisque ma partenaire de LC, Psylook, y a participé en y écrivant le premier texte : Un copieux Vendredi Saint. De plus, il s'agit d'un recueil sur ma précieuse région alsacienne. J'ai adoré retrouver toutes les particularités de l'Alsace dans ces nouvelles : la gastronomie, les lieux, les paysages... et surtout les légendes !! 

Un copieux Vendredi Saint de Morgane Scheinmeer : un groupe d'amis part camper dans la forêt de Westhoffen. Mais leur nuit va rapidement se transformer en nuit d'horreur.  Des bruits inquiétants, des amis qui disparaissent, des blessures incompréhensibles... de quoi faire de véritables cauchemars. Est-ce que les adolescents s'en sortiront ? C'est toute la question que l'on se pose du début à la fin de l'histoire... C'est la nouvelle qui m'a le plus faite frissonner d'horreur. Elle m'a vraiment retourné l'estomac !! Nous sentons la tension, l'angoisse et la panique des jeunes gens. J'ai eu l'impression de me retrouver dans mon lit, il y a quelques années, quand je lisais Shining de Stephen King. J'étais terrorisée. Dommage qu'il ne s'agisse que d'une nouvelle. J'aurais aimé en avoir tellement plus !!

Le Tour du Diable de Brice Chee : cette nouvelle a pour sujet la Tour du Diable qui se trouve à Mulhouse, réputée pour avoir été le théâtre de nombreuses exécutions et tortures de sorcières. Tout le texte est basé sur un entretien entre le Gauleiter Robert Wagner et l'Unterstürmfürher Alena Wehrle, les deux personnages cherchant à comprendre comment  et pourquoi l'ex petit-ami de cette dernière a été sauvagement assassiné. L'auteur retranscrit parfaitement la tension entre les deux protagonistes. Et au fur et à mesure que l'entretien avance, l'horreur de leurs découvertes est révélée. On s'enfonce de plus en plus dans l'abominable ce qui met le lecteur et la lectrice en haleine. On ne peut plus lâcher le livre. Là encore la fin est excellente mais m'a frustrée car j'aurais aimé en avoir plus encore !

Début de roman de Odile Avril : une jeune femme s'endort un jour sur un banc dans un parc montréalais. À son réveil, elle trouve un livre ne lui appartenant pas, posé sur ses affaires. Le livre parle d'une jeune femme séquestrée dans un château, ayant réussi à s'échapper. Mais les chapitres restant ne concernent que l'histoire s'étant passée après sa libération. Les passages sur son kidnapping et sa séquestration manquent à l'appel.  Après sa première lecture, la jeune femme décide de mener l'enquête afin de mieux comprendre l'histoire et de, pourquoi pas, réécrire les chapitres manquants. Son enquête va la mener jusque dans les forêts près de la ville de Haguenau. Je dois avouer que je n'ai pas été autant transportée par cette histoire que par les deux autres. Je n'ai pas eu ce sentiment d'horreur que je recherchais. Le rapport entre la narratrice, son frère et la comptine dont le livre semble être tiré, je n'ai pas réussi à le faire... pourtant l'idée d'un lien entre toutes les disparitions des jeunes filles et cette comptine était très intéressante...

Les Démons d'Issenheim de François Fierobe : deux amis d'enfance se retrouvent autour du retable d'Issenheim pour discuter des recherches effectuées par Bastien (l'un des deux amis). Ce dernier tient un discours complètement décousu, son ami se rend rapidement compte que quelque chose ne va pas du tout. Toute la nouvelle est basée sur la conversation des deux hommes autour du retable. Bastien ne cesse de monologuer. Il est confus, on s'en rend vite compte et c'est très bien retranscrit. Cependant, j'ai eu énormément de mal à suivre leur conversation. Les monologues de Bastien sont longs, bourrés d'un vocabulaire très spécifique que j'avoue ne pas maitriser, ce qui m'a en grande partie gâcher la lecture. D'un autre côté, c'est très bien écrit et je pense que d'autres lecteurs et lectrices y trouveront leur compte. D'autant que l'horreur tant recherchée est là. Nous sentons les ténèbres émerger au fur et à mesure que Bastien sombre dans la folie. Plus il parle, plus il s'enfonce. Son ami le voit bien, et ne peut malheureusement rien y faire... cela m'a clairement faite frissonner comme je le voulais.

En conclusion

J'ai beaucoup aimé cette anthologie que j'ai lu en pleine semaine d'Halloween : parfait pour frissonner ! J'en voudrais encore d'ailleurs. Les éditions Luciférines ont par ailleurs publié une autre anthologie sur le même thème : Nuits de Lorraine, elle aussi écrite par un collectif d'auteurs. Nuits de Bretagne est sur les rails, et ne devrait pas tarder à sortir. J'ai hâte de les lire toutes les deux ! Je vous les conseille sans hésitation.

Les Haut Conteurs T3 : Coeur de Lune d'Oliver Peru et Patrick McSpare


Editions : France loisirs, 370 pages, Mars 2013
Résumé : Ravengen est une terre maudite. Le seigneur Othon le Loup y a sauvagement tué sa femme, la douce Beatrix. Quarante années plus tard, l'on murmure que le spectre de la Dame de Lune hante ces bois sombres, accompagnée de l'âme perdue de son bourreau. Les Haut-Conteurs, Roland Coeur de Lion et Mathilde la Patiente, vont tenter de percer les mystères de ce sinistre pays. Qui est cette Bête Dévoreuse, hurlant à la Lune et coupable de tant d'atrocité ? Amours secrètes, vengeances assassines, monstres démoniaques... les événements pourraient bien s'avérer fatals à nos héros... À Coeur de Lune, Coeur de Lion !

Mon avis

Troisième tome de la saga des Haut-Conteurs, cette caste de troubadours guerriers, qui arpentent les chemins d'une Europe médiévale fantastique. Nous retrouvons Roland Coeur de Lion et Mathilde la Patiente après leur bataille contre le roi Vampire à Paris. À la recherche de Rupert l'Archiviste, cape pourpre traitre parmi les siens, les indices les mènent en Allemagne, dans la ville de Ravengen, où la malédiction de la lune ravage la campagne et les forêts. Ils y rencontreront leur frère d'armes allemand Geoffroy Bouche Goulue, un ogre qui se bat au gourdin et qui mérite très bien son nom. 

Après les vampires, les Haut-Conteurs font face aux loups-garous, bêtes assoiffées de sang aussi hideuses qu'incontrôlables. Déviés de leur quête initiale, ils choisiront d'enquêter sur la Bête, les meurtres et les disparitions dont sont victimes les villageois. J'ai trouvé cela très intéressant, étant très friande d'histoires de loups-garous. Il s'agit donc plus d'une enquête policière sur fond fantastique. Nous nous demandons qui tire les ficelles, qui se transforme, et pourquoi ? Par quelle magie ? Où se trouvent leurs repères ? Etc. Ma seule déception étant de ne pas avoir avancé dans la quête des pages du Livre des Peurs. J'aurais aimé en découvrir de nouvelles, mais ce sera visiblement au programme des tomes suivants. Ce troisième livre est à mon sens un tome transitoire. La quête principale est mise de côté, nous ne verrons même pas Rupert l'Archiviste. 

Ensuite, nous avons le plaisir de rencontrer deux nouveaux Haut-Conteurs : Geoffroy Bouche Goulue dont je parlais déjà précédemment, et Bertrand le Hardi. Malheureusement pour ce dernier, nous ne le verrons qu'à peine, ce qui est vraiment dommage pour nous puisqu'il s'agissait d'un compatriote français. Nous découvrons également Elena, love interest de Roland qui a bien du mal à exprimer ses sentiments. La belle italienne n'est encore qu'une apprentie, elle n'interviendra que rarement. Finalement, j'ai trouvé cela dommage qu'elle ne soit pas mise en avant plus que cela. On ne connait pas vraiment son histoire, ses ambitions, ses pensées etc. J'aurais aimé en apprendre plus sur elle, et sur la Patiente également d'ailleurs. Cette dernière est incroyable, une guerrière puissante, intelligente et perspicace. Mais on ne sait quasiment rien d'elle, ce qui est extrêmement frustrant car je l'apprécie énormément. Je sais que le Tome Origine se base sur son histoire, et la façon dont elle est devenue Haut-Conteuse, mais tout de même, je pense qu'il aurait été intéressant d'avoir quelques bribes de son histoire dans ce troisième livre. 

C'est d'ailleurs toute cette dimension propre aux Haut-Conteurs qui m'a manquée ici. Tout le tome tourne autour de l'enquête sur la Bête. Le Livre des Peurs, l'entrainement de Roland, la maitrise de la voix, les pouvoirs de celle-ci, l'histoire des Haut-Conteurs... tout cela a été mis de côté au profit de l'histoire des Ravengen. On sent quand même le manque. 

En conclusion :

Un tome qui fait la transition entre les deux premiers et les suivants. Le Livre des Peurs est relégué au placard, et toute l'histoire se focalise sur la Bête de Ravengen. Un petit clin d'oeil est à noter, les auteurs ont fait le lien entre leurs loups-garous et le mythe de la bête du Gevaudan et ça c'est excellent ! Pour terminer, la fin de ce tome 3 aura toutefois le mérite de nous tenir en haleine. Elle annonce clairement que la suite sera d'une toute autre envergue. J'ai hâte !

Les Haut Conteurs :
3/ Coeur de Lune
4/ Treize damnés
5/ La Mort noire