Acacia T3 : L'Alliance Sacrée

L'Alliance sacrée de David Anthony Durham


Edition : France Loisirs
Année de parution de cette édition : 2012
Année de la première édition : 2011
Nombre de page : 1042

Résumé Livraddict :
L'Empire acacian est au bord du gouffre. La trahison des Numreks, les sauvages alliés d'hier, déclenche les hostilités au coeur du royaume, tandis qu'aux confins glacés de l'Empire les redoutables Auldeks sont en marche avec leur armée d'enfants esclaves. A l'intérieur, la révolte gronde chez les citoyens asservis. Les sorciers du Santhot, libérés de leur désert de pierre, veulent reconquérir l'arme absolue de la reine Corinn, le magique Chant d'Elenet.
Les héritiers du trône, malgré leurs divisions, parviendront-ils à sauver le monde ancien, et à quel prix ? Aux côtés des puissantes armées, la magie sera de la partie dans le combat final. L'Alliance sacrée nous tient en haleine jusqu'au dénouement, inattendu. Evoluant dans un monde complexe et brutal, les héros révèlent leur personnalité, pour le meilleur comme pour le pire, au gré de batailles acharnées.


Mon avis



Voilà une série qui m'aura donné du fil à retordre. J'ai recommencé deux fois le premier tome, j'ai lu d'une traite le deuxième, et j'ai fait une pause de trois mois entre le premier tiers et la suite du troisième tome.... Ouf. C'était dur, mais j'ai vaincu !! Et je n'en suis pas peu fière, car mine de rien, si cette série avait de sacrées longueurs, il n'en reste pas moins qu'elle était excellente, car très bien travaillée. 


Je n'ai pas cessé de le dire, mais l'auteur a toujours pris son temps pour poser le décors. Le fait est que, si c'était parfois long et ennuyeux, on se rend compte à la fin que c'était nécessaire. Que ce soit au niveau de l'intrigue, de la psychologie des personnages ou du contexte historique, l'histoire fait preuve d'une quantité de détails qui rendent le tout extrêmement crédible.

Evidemment, il y a quelques éléments qui m'ont un peu gênée. Je pense notamment à certains personnages parfois tellement travaillés, dont les actions et les propos étaient quelque fois trop attendus. La limite entre le cliché et les convictions poussées à l'extrême n'était pas toujours très claire. Il m'est même arrivée d'être exaspérée par l'une ou l'un d'entre eux, et ceci, à plusieurs reprises. Mais je n'arrive pas à savoir si ces gênes venaient de moi, ou de la description de l'auteur. J'ai toujours eu du mal avec les personnages bourrés de bons sentiments (je pense surtout à la princesse Mena, qui pense à tout le monde plutôt qu'à elle, qui se hait parce qu'elle éprouve du plaisir à tuer sur le champs de bataille, etc, etc). Je préfère de loin des personnages torturés comme Corrin ou Hannish. Même les passages sur Rialus étaient bien plus intéressants que ceux sur la princesse au grand coeur. Mais comme je l'ai dit précédemment, ce n'est peut-être que moi qui n'aime pas ce genre de personnages. Et non une maladresse de style ou de construction.  

Concernant l'intrigue en elle-même, j'avoue avoir été agréablement surprise. Tout au long des trois tomes, l'auteur expose son histoire de dizaines de points du vue différents.  D'un côté il y a les Akarans, la Ligue des Vaisseaux, les Numreks et les Meins. De l'autre les Êtres libres et les Auldeks. Cela en fait du monde ! Cependant, on ne s'y perd jamais, car les points de vue finissent tous, toujours, par se recouper et se retrouver. Cela donne un tout très cohérent, qui ne perd pas le lecteur, et qui au contraire, crédibilise l'intrigue principale. 

J'avoue que j'ai du m'accrocher et me faire violence pour terminer ce tome trois, tant le début prenait de temps à se mettre en place. Et celles qui m'ont suivie dans cette aventure l'attesteront sans problème. Mais c'est une lecture que je ne regrette pas. Elle en valait la peine !

Commentaires