Les bannis et les proscrits T2 : Les Foudres de la Sor'cière

Les Foudres de la Sor'cière de James Clemens




Tome 2 de la saga Les Bannis et les proscrits
Edition : France Loisirs (La couverture est celle des éditions Bragelonne)
Année d'édition : 2007
Nombre de Page : 736 
Genre : Heroic Fantasy
Traduit de l'anglais (USA) par Isabelle Troin.

Résumé :
Elena n'était qu'une jeune fille de ferme. La voilà destinée à sauver son pays d'une force maléfique prête à tout détruire... ou à mourir d'avoir essayé. Elle porte désormais la marque de la sorcière dans la paume de sa main. Cette tache écarlate est la preuve d'un don fabuleux à la puissance inimaginable : un pouvoir sauvage, séduisant, difficile à contrôler. Seule celle qui maîtrise la magie sanglante peut s'opposer aux créatures et au mal du Seigneur Noir. Mais Elena n'est pas encore maîtresse de son pouvoir. Protégée par un guerrier sans âge et une bande de renégats, elle part en quête d'une cité perdue où, selon la prophétie, un ouvrage mystique détient la clé de la défaite du Seigneur Noir. Mais si celui-ci la trouve en premier, Elena deviendra son arme la plus terrible...


Comme écrit dans le précédent billet sur cette saga, il s'agit pour moi d'un véritable coup de coeur. Je ne le répéterai jamais assez, mais chacun de ces tomes m'a fait vibrée. Pour le T1 : Le Feu de la Sor'cière, je vous parlais d'un monde glauque, de nombreux et différents personnages, d'une héroïne très peu à l'aise avec son statut de sorcière, et d'un méchant aux allures de Sauron. Ce T2 n'aura fait que confirmer ce que je vous disais. 

Nous avons un méchant omniprésent, mais que l'on ne voit jamais. Nous savons qu'il est là et tout tourne autour de sa présence. Car il a tellement d'alliés dans ce monde, que nos héros sont complètement cernés. Les personnages deviennent paranoïaques, et nous aussi. Ce livre est bien plus sombre que le précédent. Ce qui est difficile également, c'est de savoir que les alliés du Seigneur Noir sont pour la plus part des gens qui souffrent autant que leurs propres victimes. C'est un univers étouffant, glauque et ténébreux. Les héros ne peuvent rien dire ou faire tant ils ont peur d'être espionnés, et leurs ennemis sont pieds et points liés, car s'ils ne font pas ce qu'on leur demande de faire, c'est la mort assurée pour eux. On finit par croire que personne ne sortira jamais gagnant de cette guerre. Le mot "bonheur" ne semble pas exister. 

J'insiste sur ce paragraphe, car c'est exactement l'ambiance et l'atmosphère que j'ai ressenti tout au long de ma lecture. J'ai eu peur pour eux. Parfois à juste titre. L'impression d'être en enfer est permanente. 

Heureusement, la bande d'Elena ne perd jamais espoir, et continue d'avancer, pour notre plus grand plaisir. On découvre plus encore les personnages, et on en rencontre de nouveaux. Chacun arrive avec un lourd passé, et ces mésaventures qu'ils ont chacun vécues pèsent sur leur quotidien, et sur leur manière d'aborder leur quête actuelle. On s'attache encore plus aux anciens, et on apprend à aimer ou à détester les nouveaux personnages. 

Pour moi, ce tome était plus intense encore que le premier. On est embarqué dans cette folle aventure, qui semble désespérée, et pourtant nous continuons à suivre Elena et ses compagnons avec le même plaisir que lors du T1. 

Commentaires